Art Urbain

Pour les artistes de l’art urbain, les métropoles du monde entier constituent des sources d’inspiration. New York, Paris, Berlin, London, Sao Paulo et le Patrimoine Culturel Mondial Völklinger Hütte deviennent des lieux de rencontre avec un art, qui grâce à l’appareil photo numérique et à Internet, a commencé sa marche triomphale depuis les rues dans les musées. L’art urbain a débuté avec les graffiti. Appliqués à la bombe aérosol par les adolescents du Bronx de New York sur les wagons du métro et les façades de maison à la fin des années 60, le style graffiti se développe pour devenir dans le monde entier un mode d’expression artistique de la jeunesse. L’art urbain est devenu un phénomène culturel à l’échelle planétaire : les musées et les galeries d’art intègrent des ouvrages de la génération Post-graffiti dans leurs collections. Les ouvrages sur toile des stars du graffiti se vendent à prix maximum aux enchères. La publicité, la mode et le design s’inspirent de l’esthétique de rue. Avec l’élection aux présidentielles de Barack Obama, l’américain Shephard Fairey, activiste du Street art de longue date, s’élève au rang de star. Son affiche « Change » qu’il a conçue, arborant le portrait du président, devient l’icône des élections présidentielles et prouve quel potentiel se cache derrière ce style artistique.  

pour l'exposition>>>

 

Cope 2 - New York Style

Graffiti 21

De nombreux artistes de l’art urbain trouvent leurs racines dans le lettrage aérosol classique. Depuis les simples signatures appliquées à la bombe aérosol sur les façades de maison durant les années 70, ce courant artistique s’est développé et répandu dans le monde entier. Avec l’apparition de motifs lettrés grands format et d’éléments figuratifs, les graffiti évoluent et révèlent qu’ils forment une sous-culture durable et apte au changement. Les tags gagnent en finesse, et dans la lutte de concurrence visant à se faire remarquer, des « writings » de plus en plus sophistiqués apparaissent. Davantage encore de lettrages complexes voient le jour sur les divers supports des métropoles. Des lettres en bloc conçues de manière extrême, des écritures déformées et entrelacées dans les styles Wildstyle et 3 D-Style apparaissent. Le StreetArt se renouvelle. Des scènes emplies d’action calquées sur la bande dessinée et des représentations réalistes telles des photographies s’établissent comme une sous-forme indépendante du graffiti. La ville, la rue restent le champ d’action des artistes de l’art urbain, qui aujourd’hui n’ont plus besoin de la bombe aérosol et qui reprennent la succession de la génération graffiti au moyen de la toile et du pinceau. Avec leurs interventions humoristiques et subtiles à l’intérieur de l’espace urbain, ils font parler d’eux dans le monde entier.


Deutsche VersionEnglish Version


http://whc.unesco.org/en/list/687/http://www.ecsite.eu/?p=4239http://www.erih.net/nc/fr/les-points-dancrage/allemagne/detail.html?user_erihobjects_pi2[pointer]=0&user_erihobjects_pi2[mode]=1&user_erihobjects_pi2[showUid]=15320&user_erihobjects_pi2[country]=1&user_erihobjects_pi2[regionalroute]=0&user_erihobjects_pi2[anchorOnly]=1&user_erihobjects_pi2[membersOnly]=0