Entretien entre Christian Boltanski et Meinrad Maria Grewenig sur le thème du „ Lieu de mémoire du travail forcé“ et celui des „Souvenirs“ dans la Völklinger Hütte

Christian Boltanski a visité plusieurs fois le Patrimoine Culturel Mondial Völklinger Hütte.  Comment il a perçu cet extraordinaire monument du patrimoine industriel, qui fut le premier monument du patrimoine industriel au monde à figurer sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO?

J’ai été très frappé par ce lieu exceptionnel, marqué par une grande force, on ressent toute l’humanité qui a vécu et travaillé dans ce temple de l’industrie.

Le Patrimoine Culturel Mondial Völklinger Hütte est aujourd'hui la plus grande "machine-musée" du monde. Au temps de son apogée, plus de 17 000 personnes travaillaient ici chaque jour. De 1915 à 1917 jusqu'à 1446 travailleurs forcés travaillaient à la Völklinger Hütte, selon la chronique de l'entreprise. Pendant la Seconde Guerre mondiale, 12 393 personnes provenant de 20 pays. 261 d'entre eux, dont 60 enfants, y ont perdu leur vie. Qu'est-ce qui vous a incité, attiré, vous Christian Boltanski, à créer un lieu de mémoire du travail forcé dans l’atelier d'agglomération, le « cœur » de cette usine?

Tous ces humains ont disparu, il ne reste rien d’eux, et je désirais dans la mesure du possible les sauver de l’oubli, du moins d’une manière plus collective qu’individuelle. Je voudrais que le visiteur soit ému, qu’il se retrouve à la fois dans ce lieu industriel et qu’il y ressente la présence de tous ceux qui y ont travaillés.

Dans l’entretemps, nous avons entrepris un travail de recherche important qui a permis d'identifier tous les noms des travailleurs forcés de la Völklinger Hütte et de décrire leurs conditions de travail. Quel accès l'installation de Christian Boltanski permet-elle au-delà de cette recherche?

C’est sans doute ce qu’il y a de plus important dans tout le travail que j’ai réalisé à la Völklinger Hütte, dire les noms et relire les noms, c’est rendre présent ceux qui ne sont plus ici. C’est une vrai célébration de ces disparus.

Les visiteurs découvriront la grande installation "Lieu de mémoire du travail forcé" de la Völklinger Hütte de Christian Boltanski non seulement comme une grande image, mais ils devront aussi se rendre jusqu'au milieu de cette installation. Le travail de Christian Boltanski a-t-il pour but de transformer les gens à travers une expérience plus consciente?

Je dis toujours qu’il ne faut pas être devant quelque chose, devant une œuvre d’art, mais à l’intérieur de cette œuvre. Afin que le cheminement que l’on fait soi-même à l’intérieur de cette œuvre devienne une partie de l’œuvre.

Au cours d’une promenade à travers la Völklinger Hütte, Christian Boltanski a redécouvert les armoires-vestiaires des travailleurs. Est-ce que  Christian Boltanski s’en est-il inspiré  pour créer la deuxième grande Installation dans la Völklinger Hütte?

Ces armoires sont comme des tombeaux égyptiens de chaque ouvrier, elles recueillent des petits trésors que chaque ouvrier voulait garder avec soi, la photographie de quelqu’un, un objet personnel. Ces armoires sont les trésors cachés de certains des travailleurs, et pas que des travailleurs forçés mais de tous les anciens travailleurs de l’usine.

Christian Boltanski a dédié une deuxième installation majeure « Souvenir » en la mémoire tous les travailleurs de la Völklinger Hütte. 91 armoires-vestiaires sont réunis dans la Salle des minerais pour former un grand ensemble, une lumière spéciale les éclaire faiblement. Les déclarations d'anciens métallurgistes sur le travail quotidien à la Völklinger Hütte sortent de ces armoires : L'installation emmène les visiteurs dans un autre monde. Quel est le but de cette installation, comment Christian Boltanski crée-t-il la mémoire?

Il était très important pour moi de ne pas parler que des travailleurs forçés mais de tous ceux qui ont vécu là et je voudrais, maintenant que ce lieu est fermé et changé de fonction, garder la mémoire de tous ceux qui ont fait, marqué cet endroit. Les déclarations des derniers métallurgistes sont pour moi des paroles précieuses.

Qu'attend Christian Boltanski de ses deux installations majeures dans le site du patrimoine mondial Völklinger Hütte?

C’est toujours passionnant pour moi de travailler dans des lieux de mémoire, les musées et les White Cube sont des lieux où je travaille parfois mais que je n’apprécie pas tellement. Dès que je trouve un lieu chargé d’histoire comme la Völklinger Hütte, c’est pour moi beaucoup plus passionnant à essayer de créer une sorte de collage entre ce lieu existant et mon travail.


Deutsche VersionEnglish Version


http://whc.unesco.org/en/list/687/http://www.ecsite.eu/?p=4239http://www.erih.net/nc/fr/les-points-dancrage/allemagne/detail.html?user_erihobjects_pi2[pointer]=0&user_erihobjects_pi2[mode]=1&user_erihobjects_pi2[showUid]=15320&user_erihobjects_pi2[country]=1&user_erihobjects_pi2[regionalroute]=0&user_erihobjects_pi2[anchorOnly]=1&user_erihobjects_pi2[membersOnly]=0