l'Océanie

Les habitants des Etats insulaires du Pacifique voyaient dans la tête le siège de l’âme. Une croyance qui s’exprime avec force dans les masques crâniens richement colorés des Tolaï ou les crânes d’ancêtres surmodelés des Iatmul, deux peuples de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Sur les îles de Vanuatu, un Etat insulaire du sud-ouest du Pacifique, on trouve des crânes surmodelés, notamment utilisés dans le culte du souvenir. Si le crâne sert à se souvenir des ancêtres, il ne représente pas le défunt tel qu’il était de son vivant. Il symbolise un état intermédiaire vers le monde des ancêtres.

Sur les îles Salomon, les crânes avaient aussi un usage rituel bien précis. Les crânes des ancêtres étaient conservés dans des petites maisons qui leur étaient dédiées. Selon la vision du monde des Iatmul de Nouvelle-Guinée, la maladie et la mort sont le fruit d’une faute et sont provoquées par les ancêtres. Lorsqu’une personne de haut rang décède, quelque temps après l’enterrement, le corps est exhumé et amputé de la tête.

Après avoir été nettoyé, le crâne est surmodelé grâce à un mélange de terre glaise et d’huiles végétales. L’objectif étant alors de façonner un visage conforme à l’idéal de beauté des Iatmul, même s’il s’éloigne des traits du défunt.


Deutsche VersionEnglish Version


http://whc.unesco.org/en/list/687/http://www.ecsite.eu/?p=4239http://www.erih.net/nc/fr/les-points-dancrage/allemagne/detail.html?user_erihobjects_pi2[pointer]=0&user_erihobjects_pi2[mode]=1&user_erihobjects_pi2[showUid]=15320&user_erihobjects_pi2[country]=1&user_erihobjects_pi2[regionalroute]=0&user_erihobjects_pi2[anchorOnly]=1&user_erihobjects_pi2[membersOnly]=0